LE SOMMAIRE :


  » La page volailles
  » La page pigeons
  » La page lapins
  » La page palmipedes
  » Retour Page Accueil


   Les Pigeons

  » Boulant d'Amiens
  » Boulant Lillois
  » Le Carneau
  » Le Culbutant Lillois
  » Le Haut-Volant
  » Le Huppé Picard
  » Manotte d'Artois
  » Le Revellois
  » Le Roubaisien
  » Smerle des Flandres
  » Le Speelderke
  » Le Voyageur



   Gravures :

          Haut-Volants
  Aquarelle de F.Liebaert




























   Chromo de Ludlow
  Feathered World 1896
 Le patrimoine :   La page Pigeons

Le Haut - Volant


Ces charmants pigeons se distinguent par la hauteur prodigieuse à laquelle ils s'élèvent dans les airs , où ils planent sous les murs durant plusieurs heures consécutives , sans qu'ils paraissent se fatiguer.
Race très intéressante et presque disparue , à cause du pigeon voyageur qui a conquis les faveurs du public. C'est un pigeon de race très ancienne qu'on appelait précédemment " pigeon monte au ciel ".
                 En Angleterre , il porte le nom de " Cumulet ", sans doute parce que ces pigeons volent à la hauteur des " Cumulus " ,qui veut dire : amas de nuages. Ce qui fait penser que cette race est fort ancienne , c'est que sur tous les antiques monuments où l'on a représenté Vénus dans un char traîné par des colombes , il est facile de reconnaître que des pigeons Volants ont servi de modèle aux peintres ou aux sculpteurs qui les ont exécutés.
Le haut Volant belge diffère du français , par la forme de la tête.

Henri Liebaert
BOITARD ET CORBIE (1824). PIGEONS VOLANTS ; Columba tabellaria.

Par une singularité que je ne puis expliquer, voici une race de pigeons les plus répandus, les plus anciens, et cependant dont aucun auteur n'a parlé.
Ces pigeons sont petits, et n'ont pas de tubercules sur les narines Ils ont un léger filet rouge autour des yeux, l'iris blanchâtre, et les pieds nus, excepté une variété. Leur plumage affecte toutes les couleurs ordinaires aux pigeons.
De toutes les races, celle-ci est la plus féconde et celle qui montre le plus d'attachement pour le lieu qui l'a vue naître.
Les marchands de mauvaise foi profitent de la connaissance qu'ils ont de cette qualité, pour spéculer sur ces oiseaux. Lorsque l'on va en marchander chez eux, ils s'informent adroitement si on a l'intention de les conserver en cage ou dans une volière ouverte, et ils arrangent leur prix en conséquence.
S'ils savent que vous les destinez à peupler une volière, ils ne craignent pas de vous rabattre la moitié du prix, parce que, quelle que soit la distance où on les transportera, les soins qu’on leur donnera, et le temps qu'on les tiendra prisonniers, ils sont bien sûrs qu’aussit6t qu’on leur aura rendu la liberté, le premier usage qu'ils en feront sera de revenir leur ancien domicile.

Un de ces marchands m'avoua un jour, en m'en faisant voir une paire, qu’il l'avait déjà vendue trois ou quatre fois. Nous conseillons aux personnes dont l'intention serait d'élever un colombier, de donner aux volants, pour le peupler, la préférence sur les bisets.
Comme ces derniers , ils volent avec rapidité et savent échapper à la poursuite de l'oiseau de proie ; ils vont très loin chercher leur nourriture, et ne feraient par conséquent pas plus de dépense en grains ; de plus, ils produiraient au moins deux fois davantage, en supposant encore que ce nouveau genre de vie diminuât leur fécondité.
Quand même ils n'auraient pas toutes ces qualités, le grand attachement qu'ils portent au toit où ils sont nés, serait, à notre avis, une raison suffisante pour les faire préférer : car on sait que les bisets quittent leur colombier avec la plus grande facilité, pour peu qu'ils soient attirés dans un autre par une exposition plus favorable à leurs inclinations, ou par une nourriture plus abondante.

PIGEON VOLANT cou-rouge ; Columba tabellaria collo rubicundo.

Cet oiseau, originaire de Liège, a l'oeil d’un blanc d’émail , et porte sur le cou quelques plumes rouges parsemées. La rapidité et la légèreté de son vol égalent celles du précédent ; il peut être employé au même usage, quoique son habitude de s'élever beaucoup dans les airs le rende quelquefois victime des oiseaux de proie.