LE SOMMAIRE :


  » La page volailles
  » La page pigeons
  » La page lapins
  » La page palmipedes
  » Retour Page Accueil


   Les Pigeons

  » Boulant d'Amiens
  » Boulant Lillois
  » Le Carneau
  » Le Culbutant Lillois
  » Le Haut-Volant
  » Le Huppé Picard
  » Manotte d'Artois
  » Le Revellois
  » Le Roubaisien
  » Smerle des Flandres
  » Le Speelderke
  » Le Voyageur



   Photo ci-contre :

   Pigeon Voyageur
    dessin de
 L. Van der Snickt -1887


















    dessin de F.Liebaert
 Le patrimoine :   La page Pigeons

Le pigeon VOYAGEUR


Article paru le 18 novembre 1932 dans la "Gazette de Liège" :
La Belgique peut s'enorgueillir de la formation de la race du pigeon voyageur. Nous trouvons l'origine du sport du pigeon voyageur Verviers dès le commencement du siècle dernier. Tous les descendants du biset des roches peuvent être qualifiés de "voyageurs", en ce sens qu'ils ont plus que d'autres animaux, le sens de l'orientation qui leur permet de retrouver plus facilement et à une plus grande distance, l'emplacement de leur domicile.
Les amateurs Verviétois formaient des sociétés qui s'occupaient du dressage des pigeons et organisaient des concours déjà lointains jusqu'à Paris et dans le nord-est de la France. Les pigeons concurrents étaient portés à dos d'homme jusqu'à l'endroit désigné pour le lâcher.
Une affiche conservée à Verviers, datée de 1303 si nous ne faisons pas erreur, mentionne pareil concours !

Recherchons l'origine du pigeon employé pour le nouveau sport Belge. A Verviers appartient l'honneur d'avoir donné naissance à la race d'une renommée universelle et d'après le docteur Chapuis, qui le premier, consacre un volume au pigeon voyageur, on mélangea au biset de Campine, du sang de Haut- volant, de Culbutant Flamand en y ajoutant le Cravaté Français et le Pigeon camus.
Le Cravaté français, nommé par Chapuis, ne doit pas du tout être celui qui actuellement est connu sous ce nom et qui, comme Robert Fontaine, le décrit dans son excellent ouvrage, a le corps blanc sur lequel tranche la coloration des deux ailes.
Le pigeon Camus semble avoir disparu , à moins que ce ne soit un pigeon ressemblant à celui que les Allemands cultivent sous le nom de "Indianer" pigeon Indien, et qui se rapproche du pigeon polonais, sans avoir l'ampleur exagérée des membranes entourant l 'oeil de ce dernier. On appelait le pigeon en question "Camus" à cause de son bec très court.
Peu après, le sport se propagea à Anvers et à Gand. On créa en Flandre un pigeon voyageur plus grand, plus fort que le "Verviétois" en y introduisant du sang de Smyter, espèce de pigeon boulant légèrement, originaire des Flandres et précurseur du grand boulant Gantois. D'ailleurs à Gand on Pratiquait certains lâchers , à petite distance (Audenaerde, au maximum) pour lesquels on employait le boulant de Gand.
C'est ainsi qu'il y eut primitivement deux types principaux de pigeon voyageur : le Liègeois et l'Anversois, se différenciant nettement par des caractères de vitesse pour l'un et d'endurance pour l'autre. Mais les amateurs, en vue d'augmenter les qualités de leurs pigeons croisèrent à l'infini les deux races et obtinrent ainsi à la longue, un type unique, qui est le pigeon voyageur belge.